le frelon asiatique suivi en temps réel en Wallonie

11/08/2018 - 18:20 -- Jean-Luc Strebelle

Cet été, de nombreux bruits apicoles signalaient des frelons asiatiques dans les ruchers à droite et à gauche et confirmaient la progression de l’invasion de notre territoire par ce redoutable prédateur.  De nombreuses informations ne purent malheureusement pas être confirmées de manière officielle sans doute par absence de signalement centralisé.  Toutefois, l’expansion de frelon asiatique sur le territoire wallon peut dorénavant être visualisée en temps réel en consultant la carte des signalements mis en ligne par la cellule interdépartementale des espèces invasives.  Les nids neutralisés sont signalés par une pastille bleue alors que des pastilles oranges indiquent les lieux où l’observation d’individus a pu être formellement validée.  C’est ainsi qu’on peut y voir que des individus ont été formellement identifiés à Brunehaut, Tournai, Estaimpuis, Peruwelz, Wanebecq, Soignies, Beloeil, Ghlin, Frameries, Binche, La Louvière, Charleroi, Namur et que des nids ont été neutralisés à Brunehault, Enghien, Beloeil, Dour, Binche et Namur.

Lien vers la carte dynamique éditée par la cellule interdépartementale des espèces invasies 

On constate malheureusement que, comme en France, le nombre de colonies de frelons asiatiques augmente rapidement dès que le territoire est colonisé.  Des chercheurs* de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte de l’Université de Tours et de l’Unité de Recherche de Zoologie Forestière de l’INRA ont développé un modèle mathématique permettant de simuler l’expansion du frelon asiatique selon plusieurs scenarii en s’appuyant sur des données de terrain issues du Musée national d’histoire naturelle de Paris.  Selon les résultats* qu’ils ont publiés en 2016, le front d’expansion du frelon asiatique progresse de 78 kilomètres par an en moyenne.  Les chercheurs démontraient qu’en terme de lutte ciblée, le modèle révèle que lorsqu’on augmente considérablement le niveau de lutte contre le frelon, on ne parvient pas à éliminer l’espèce invasive mais on réduit nettement son expansion et la densité de ses populations.  Le maintien de la lutte ciblée telle qu’elle est prônée en Wallonie est donc nécessaire pour limiter l’expansion de l’espèce dans l’avenir et en diminuer les impacts. 

Article écrit par Jean-Luc Strebelle 

* Référence bibliographique : Christelle ROBINET, Christelle SUPPO, Eric DARROUZET. Rapid spread of the invasive yellow-legged hornet in France: the role of human-mediated dispersal and the effects of control measures. 18 juin 2016, Journal of Applied Ecology